La Santé selon Daumier

© FDD
 
Additional information
© FDD
Le Médecin et la garde-malade ; © FDD
Le Médecin et la garde-malade
Additional information
© FDD
Les Moments difficiles de la vie ; © FDD
Les Moments difficiles de la vie
Additional information
© FDD

La caricature au XIXe siècle s’exprime par le talent de Grandville, Cham, Philippon, Gavarni, Jacques, Forest mais au-dessus de tous, celui qui laisse sa patte à la postérité, le maître de l’art, celui dont Baudelaire disait « qu’il dessinait aussi bien que Delacroix », est Honoré Daumier.

Dans le journal La Caricature puis dans Le Charivari, Daumier nous livre l’histoire de son siècle, il met en scène tous les acteurs de la comédie humaine, bourgeois et gens du peuple. Il nous révèle également les polémiques suscitées par les techniques nouvelles qui évoquent l’aspect social du XIXe siècle. Son regard observe et suit l’évolution des sciences et des techniques et son talent n’épargne ni la pharmacie ni la médecine dans les tableaux de ce témoignage satirique.

 

  • Robert Macaire pharmacien, Caricaturana 92 - Lithographie

- Monsieur, je méprise le charlatanisme de l'affiche, je méprise les Pufs de l'annonce, j'abhorre tout ce qui sent le charlatan, le sauteur, le danseur de corde et je me borne à produire tout naïvement tout bêtement ma marchandise. Lisez mon catalogue ! Parfum de l'amour, de l'estime et de l'amitié, en flacons moyen âge. Extrait de sourire de l'enfance - Parfum des premiers pas d'Adolphe - Eau de l'alliance des peuples, pour le mouchoir avec la chanson de Beranger - Parfum du Général Foy, pour raffermir les fibres du cerveau et rappeler aux français leurs libertés et leurs droits garantis par la charte constitutionnelle. Entouré d'un discours prononcé sur la tombe de l'immortel député par un de ses honorables collègues. Vous le voyez il est impossible d'être plus simple.

 

  •  Émotions parisiennes : Le Médecin et la garde-malade - Lithographie, seconde moitié du XIXe siècle

- Comment va le malade ? - Hélas ! Monsieur il est mort ce matin à 5 heures !

- Ah ! il est mort, le gaillard !... il n’a donc pas pris de ma potion ? – Si Monsieur – Il en a donc trop pris ? – Non Monsieur – C’est qu’il n’en a pas assez pris !

  •  Les Moments difficiles de la vie : Le dentiste s’apprêtant à arracher une dent - Lithographie, parue dans Le Charivari, 1864

- Voyons… ouvrons la bouche !

 

Commissariat : Dominique Kassel