L'art dentaire

Dentiste arrachant une dent ; © FDD
Dentiste arrachant une dent
Additional information
© FDD

Il semble que jusqu’à la création du diplôme de chirurgien-dentiste, en 1892, deux catégories de praticiens cohabitent au sein de la profession : d’une part, les dentistes titrés experts formés par l’ancien Collège Royal de chirurgie, et d’autre part, les dentistes patentés qui se parent de titres fantastiques et se glorifient d’inventions spectaculaires. Dans la première moitié du XIXe siècle, les héritiers de Pierre Fauchard laissent provisoirement la place à des empiriques comme Georges Fattet.

Georges Fattet se veut le dentiste des gens du monde : il utilise comme Véron le support de la publicité dans la presse pour s’accaparer la riche clientèle bourgeoise. Il n’hésite pas à mener de nombreuses opérations publicitaires tapageuses, comme une descente des Champs-Élysées sur un char décoré d’un dentier géant. Il se dit professeur de prothèse dentaire, et inventeur des dents osanores*.

 Il sera « épinglé » entre 1845 et 1850 dans Le Charivari par Cham (Amédée de Noé), qui lui consacre de nombreux croquis dans une série « Vie du célébrissime et dentissime Georges Fattet ».

 

* Ce terme désigne des fausses dents fabriquées en ivoire d’hippopotame, qui ne nécessitent pas de crochet en or pour tenir en place car elles s’insèrent dans les alvéoles dentaires.


Parcourir nos oeuvres