Pathologies

Paris Grippé ; © FDD
Paris Grippé
Additional information
© FDD

Les restaurants à la mode anglaise qui arrivent à Paris et proposent des associations de plats « sucré salé » avec de la bière au repas, sont dénigrés : le menu n’est pas cher mais provoque la « colique » ! L’alimentation en France occasionne aussi des troubles digestifs divers et variés. Le manque d’hygiène est responsable de pathologies souvent contagieuses face auxquelles l’arsenal thérapeutique semble défaillant : par méconnaissance, on attaque les symptômes mais pas les causes, d’où la récurrence des épidémies comme le choléra en 1823, 1848, 1853 et 1859. Maux de tête, rhumes, saignements de nez et autres infections respiratoires s’expriment sous le trait du crayon de Daumier.

La fameuse épidémie de grippe venant d’Asie et de Russie envahit l’Europe et débute au printemps de 1847. En 1848, dix ans avant Daumier, Gustave Doré publie sa lithographie La Grippe agrippant dans Le Charivari. La lithographie Paris grippé de Daumier, nous fait découvrir une scène de rue : des passants, les traits tirés, la bouche ouverte, mouchoir à la main et chaudement emmitouflés, se hâtent de rentrer chez eux.


Parcourir nos oeuvres