Coups de coeur Gaper

 

 

Le Gaper, l'homme qui tire la langue

à propos d'une poterie hollandaise, collection privée 

 

 

L'Histoire du "Bailleur"

 

Les enseignes et les plaques dans les façades faisaient autrefois office de cartes de visite ou de pancartes publicitaires. Signe de reconnaissance à une époque où les maisons ne portaient pas encore de numéro.

 

Selon le Docteur Wittop Koning qui a consacré une étude à ce sujet, "le Bailleur" était à l'origine un oriental avec  un bâton de souffre dans la bouche : il fut l'emblème du pharmacien et des marchands d'épices spécialisés dans les denrées orientales. Il semble que le "Bailleur" soit  d'origine hollandaise on le renconre principalement à Amsterdam, parfois en Flandres et en Allemagne.

 

L'enseignement de l'art de guérir prodigué par les écoles de médecine aux XVIe et XVIIe siècles était très apprécié au Pays-Bas. Le marché  des épices et des drogues médicinales se trouvait en Hollande. Dès 1581, Amsterdam devint le centre du commerce mondial en plantes médicinales et entretint des relations étroites avec Venise, l'Empire des denrées orientales. Ce qui explique peut-être que les droguistes et les pharmaciens hollandais  utilisèrent pendant trois siècles l'emblème du "Bailleur".

 

 

   Gaper, première moitié du XIXe siècle : terre cuite vernissée (h. 26,2 cm)  

 

Le Gaper ou le Bailleur a parfois le front entouré d'un large bandeau, une grosse tête tantôt grimaçante,  tantôt souriante  mais toujours la bouche grande ouverte et parfois la langue tirée. Il a la tête du malade  qui se soumet à l'examen du médecin "montrez-moi la langue"  ou bien l'attitude traditionnelle du patient qui prend une pilule, une poudre ou une dragée quelconque. Ce personnage à la bouche béante exprime tout l'art "d'avaler' la pilule